jeudi 15 juin 2017

Tous ces masos qui s'apprêtent a voter pour les candidats de Macron

Le 15/06/2017

 
 

14 juin 2017

On en a vu par dizaines, dimanche dernier, dans les bureaux de vote.

Certains se frottaient déjà les mains.
Quand au final on a ouvert les urnes, on a surtout vu qu’ils avaient voté pour le candidat « En Marche » !
  Etonnants ces retraités !

En France, on est riche à partir de 1 200 € quand on est retraité : c’est le seuil qui déclenchera la hausse de la CSG.
Ce sont en effet les retraités qui sont en première ligne des victimes expiatoires d’une génération qui a trop de chance puisqu’elle jouit de retraites conséquentes.
Enfin, c’est ce qu’on voudrait nous faire croire.
Le raccourci est un peu ahurissant dans un pays où les petites pensions concernent des millions de personnes.
 « Aux plus aisés des retraités, je demanderai cet effort pour avoir un système plus intelligent pour leurs enfants et petits-enfants » expliquai naguère celui qui est devenu président.
Toujours le même principe : faire payer les riches.
 Comme il ne reste plus que ceux qui sont « assignés à résidence », ce sont eux qui seront saignés. Qu’on en juge : avec 3 000 € de pension mensuelle, celle que touche un prof’ de collège ou de lycée, la baisse de pouvoir d’achat atteindra 600€ par an, ça n’est pas rien !
  Mais après six ou sept ans de gel, la perte de pouvoir d’achat commence à être conséquente et insupportable et la hausse de la CSG devient une pilule amère.

Pour les salariés et les cadres, jusqu’à 33 000 €, la ponction sera largement compensée par la baisse des cotisations salariales.

Il n’y a pas que les retraités qui doivent se faire du mouron.
 Les fonctionnaires dont les revenus mensuels oscilleront entre 2 000€ et 3 200 €, la hausse de la CSG ira de 400 à 650 € par an.
  Des mesures compensatoires ont été parait-il prévues sans qu’on sache ni quoi, ni qu’est-ce.
A propos de caisses, elles sont particulièrement vides comme on sait.
Ils seront bien naïfs ces fonctionnaires qui vont voter pour une baisse significative de leur pouvoir d’achat après tant d’années de stagnation de leurs émoluments.
Il en est de même pour les professions libérales et les agriculteurs.
Pour ces derniers, avec 1 400 € de revenu mensuel, ils se verront allégés de près de 300 € par an : avec les difficultés que traverse le secteur, on se demande si la mesure est bien appropriée !

Mais les grands perdants ce seront bien les 8 millions de retraités bénéficiant d’un revenu fiscal de référence de plus de 14 375 € par an pour une personne seule ou 22 050 € pour un couple.
Leur taux de CSG passera de 6,6% à 8,3% !
Cela représente 60% de la classe d’âge.
 Et ceux-là ne bénéficieront pas non plus de l’exonération de la taxe d’habitation.
Double punition !
 La machine à niveler est toujours en action, c'est bien un gouvernement de gauche !

Il faut abroger ce projet de hausse de la CSG !
 Monsieur Le Maire ne devrait pas être difficile à convaincre, lui qui préconisait une baisse de 1 point de cette même CSG !!!

Pour moi, c’est clair : je voterai pour la candidate LR.
 On ne va tout de même pas se faire détrousser en votant !
 A moins d’être « maso » !

Daniel Houlle

Rédigé à 20:10  Lien permanent

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.