mercredi 14 juin 2017

Le Président Colgate est-il sur la voie de la dictature ?

 

Croisons-les (@GuillaumeTC)

Le 14/06/2017


Qu’arrive-t-il donc à la France, de vouloir ainsi confier son avenir à une start-up politique ?

« Un électorat à vomir » : le verdict d’Henri Guaino, perdant à Paris tout espoir de poursuivre sa vie politique, est implacable.
Pour lui, le règne des bobos est arrivé.
 Les valeurs qui ont fait la France vont disparaître, au moins le temps de ce quinquennat hors normes.
Mais qu’arrive-t-il donc à la France, de vouloir ainsi confier son avenir à une start-up politique plutôt que de choisir de repartir sur un pied neuf après quarante ans d’un désastre qui la conduit tout droit au suicide annoncé par Éric Zemmour ?
Les Français se seraient-ils fait abuser par ce jeune homme, au demeurant charmant, légèrement ambigu, époux d’une femme surprenante ?
 Ont-ils subi un lavage de cerveau par une équipe de com’ jeune, dynamique, entreprenante ?
 Ou ont-ils tout simplement perdu l’espoir, pour confier leur vie et celle de leurs enfants à un quarteron d’ambitieux qui promettent tout et n’importe quoi, quel qu’en soit le prix à payer ?
Dimanche, un tsunami a enseveli les hommes et les femmes politiques (celles et ceux, comme diraient les promoteurs de la start-up Macron) de toute une génération, et plus encore.
Dimanche, les Français (enfin, 50 % des électeurs français, ceux qui ont bien voulu se déplacer pour s’intéresser à l’avenir de leur pays) ont choisi de privilégier de parfaits inconnus sous prétexte que, sur leurs affiches, le tout neuf Président posait à leur côté.
La macronite aiguë semble s’accélérer au fil des élections, alimentée par une presse qui verse plus désormais dans le people que dans la stricte politique.
Macron à vélo dans les rues du Touquet.
Macron en selfie là où il se rend. Macron au standard de l’Élysée.
 Macron imaginé comme un Kennedy dont il est vrai qu’il a le même sourire aux dents éclatantes. Macron populaire.
 Macron royal.
Macron souverain.
 Et lorsqu’un député britannique évoque un Macron napoléonien, il affuble notre digne empereur du titre de dictateur.

 
Et c’est là que les Français vont vite découvrir leur infinie bêtise.
Pendant cinq ans, ils avaient donné les pleins pouvoirs au PS.
Mais avec un Président normal à leur tête.
Depuis le 21 mai, les mêmes pleins pouvoirs vont être amplifiés par une majorité jamais vue dans une Assemblée nationale où la démocratie sera bafouée.
 Avec 14 %, le FN aura peut-être un seul député, alors qu’avec 11 %, La France insoumise pourrait en avoir 18 !
 Et avec 32 % de voix, on aura une Assemblée « sans couleur » LREM.
Il est vrai que ce sont seulement 25 % des Français qui ont élu Macron…
 Plus besoin d’ordonnances pour que le Président mette en place son programme, pardon, son projet dévastateur.
Si, dimanche, le verdict se confirme, il y aura 400 députés et plus pour entériner toutes ses décisions. Le Président normal sera un Président-dictateur dont l’éclatant sourire aura éliminé toute envie de le défier.
Un dictateur Colgate !
Dimanche, si jamais les Français se décident à se rendre dans leur bureau de vote pour y pratiquer la démocratie, il est urgentissime qu’ils refusent, front ripoublicain ou pas, de donner les pleins pouvoirs à Emmanuel Macron aussi brillant et intelligent qu’il soit.

Dimanche dernier, ils ont éliminé de très nombreuses valeurs politiques.

Ça suffit !
 
Un contre-pouvoir, si faible soit-il, est indispensable à une démocratie saine.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.